Entreprises : Lost in Digital ?

_DSC3932-Modifier
Les compétences digitales font elles partie de vos critères de recrutement de jeunes diplômés ?

62% des responsables RH qui ont répondu incluent les compétences digitales dans leurs critères de recrutement mais surprise…

87 % d’entre eux ne s’expriment pas sur le type de compétences précisément évaluées, à quel niveau d’expertise et pour quelles fonctions !

Pourquoi ne savent-ils pas répondre ? Sont-ils simplement déconcertés par un vocabulaire de compétences digitales fait de sigles et d’acronymes ou laissent t ils aux managers le soin de vérifier ?

Pour en savoir plus l’EDHEC NewGen Talent Centre a réuni en atelier près de 30 DRH, recruteurs et campus managers parmi les plus importantes marques employeurs de jeunes diplômés d’école de management.

Premier constat: à cette même question posée oralement aux participants à l’atelier, moins de 15% déclarent intégrer concrètement les compétences digitales dans leurs critères de recrutement.
La réalité se révèle donc sous un jour un peu différent…
Si aucune unanimité ne se fait sur la définition des compétences digitales, les compétences recherchées dans cette génération qualifiée de digitale prennent d’autres formes et un certain consensus est né autour des idées suivantes :

– Selon les profils et les fonctions recrutés, le besoin de compétences digitales va s’exprimer différemment
– Les compétences digitales recherchées apparaissent avant tout comportementales plus que techniques. D’ailleurs le cluster des compétences dites collaboratives et de communication a été identifié comme indispensable par tous les participants.
– La capacité d’innovation est une compétence essentielle, elle doit s’exprimer chez le diplômé dans sa façon de penser, d’aborder les problèmes, de gérer les projets
– Certaines compétences comportementales importantes sont issues de la transformation digitale, notamment l’approche réseau, l’esprit de collaboration, la capacité à travailler en mode projet et de façon transverse.
– A l’heure des compétences digitales affichées dans beaucoup d’écoles techniques spécialisées, la valeur ajoutée des jeunes diplômées d’école de management ne réside pas dans la technique digitale mais dans l’ouverture, la culture, l’esprit critique.
– Pour anticiper et s’adapter aux évolutions digitales, l’agilité du jeune diplômé reste finalement une compétence générique qui garantira à l’entreprise de conserver un coup d’avance, prévoir les projets futurs et inventer le monde de demain.
– L’empreinte digitale des projets menés par les étudiants lors de leur cursus est la seule preuve concrète de leur compétence digitale

Enfin en renversant quelque peu la problématique, certains responsables RH ont admis aussi être confrontés à deux challenges :

– Pour tenir la promesse employeurs, les outils de communication digitale offerts par les entreprises aux jeunes diplômés recrutés doivent aussi être à la hauteur des attentes de la nouvelle génération
– Les équipes RH, hétérogènes en termes d’outils et de maitrise des compétences digitales, doivent veiller à ne pas être un frein au recrutement de compétences digitales

Alors faut-il mesurer les compétences digitales ? Nous n’avons pas de réponse définitive…mais l’EDHEC est convaincu des vertus de l’expérimentation sur ces sujets prospectifs et poursuivra ses initiatives dans ce sens.

La spontanéité des échanges de cet atelier a permis de mieux identifier vos attentes et c’est en recentrant le débat des compétences digitales sur les soft skills que chacun semble s’être « retrouvé »…
Que les participants à cet atelier en soient tous chaleureusement remerciés.